Le monde, mon village …

Je me rappel, il n’y a pas si longtemps, de nos discussions de petits gosses, assis, sous l’escalier de notre bâtiment, et parlant de tel ou de tel voisin, cousin ou oncle, qui serait à l’étranger ou entretenant des relations amicales avec des étrangers, ça parlait de France et d’Amérique, et les grands nous faisaient rêver, en nous expliquant que seuls ceux qui étudient bien, les plus assidus et les plus brillants, pouvaient y prétendre, une sorte de récompense en soit aux efforts consentis durant ses études.

Alors, pour nous, ou du moins pour moi, à cet âge là, je me disais que le reste du monde était une récompense, et non pas une solution, tel que c’est vu aujourd’hui, je pensais que connaitre des gens originaires de tous les pays, voyager, travailler à l’étranger, étaient un signe de gloire, de reconnaissance des efforts, bien plus belle que la bicyclette de la 6ème, que (je viens de m’en rendre compte), je n’ai jamais eu … :/

Alors, j’ai travaillé, j’ai été bon, et même très bon, c’était un rêve insoupçonné que je cachais tout au fond de moi … Je voulais connaitre l’étranger pour confirmer mon existence sur cette terre …

Arriva un jour, où une araignée se teint au bout de ma rue, je ne l’oublierai jamais, un peu comme l’araignée qui changea Peter Parker, pour moi ce fut une araignée qui me changea pour de vrai, mais aussi tout l’univers qui m’entourait … l’araignée … ce fut le nom du tout premier CyberCafe de mon quartier.

J’y allais souvent, j’y ai découvert au début Yahoo, puis Caramail, et ce fut tentaculaire, le net se mettait à toutes les sauces, et moi je découvrais les prémices de l’HTML, du JavaScript, du Perl/CGI, et je cherchais, désespéré, à appliquer le CHMOD sur Windows … encore de l’inconnu pour moi …

On devrai reconnaitre que sexydoo (je viens de checker, il n’a pas pris une ride, ni même une couleur depuis, il ressemble étrangement au sexydoo d’antan) et caramail furent ceux qui ont incité le plus de monde à épouser ce nouveau monde, qui peu à peu se transformait …

MSN arrivai, Google révolutionnai, et ce monde récompense, ce mystérieux monde extérieur, ce monde étranger, devint vite mon … village.

Au début, ce fut certes les français, ce n’était pas difficile à trouver, fallait juste chercher les algériens … ça vous parait peut-être étrange, mais c’était comme ça, la communauté francophone algérienne étant importante, on se retrouvait entre francophones (les arabophones devaient peut-être faire de même, mais n’étant arabophone qu’IRL … je n’ai pas connu ce que eux fréquentaient) on discutait énormément sur les salons IRC de Caramail, et sur les salons de Yahoo, et y découvrait aussi les marocains, une espèce d’algériens qui vivent juste à coté de l’Algérie mais qui ne sont pas algériens … J’avoue, c’était une curiosité pour moi, d’autant plus qu’ils ont de très jolies filles *_* Bref …

Un peu comme un guide, efficace et peu bavard, Google vous y accueil très souvent, on nous a très vite appris que la première règle du village est que Google est notre ami (je ne sais pas vraiment si c’est le cas, mais tant qu’il est serviable …). On n’a qu’à lui demander où on veut se rendre, ce qu’on aimerai faire, et ils nous montre vite le chemin.

De bit en socket, on s’est retrouvé à nouveau dans une architecture nouvelle, un grand village, un immense village, un peu à l’exemple des villages kabyles, elle a une placette du village (tajemεit) où les gens se réunissent, se concertent, se partagent des secrets, se mettent à nu, discutent, s’organisent, un vrai facebook quoi, la communauté quand elle n’a rien à foutre, elle s’y retrouve joyeusement …

Et puis, quand la placette nous ennuie, on fait un tour du coté de l’un des cafés, pas loin, où on dit à qui veut entendre, qu’on a les nouvelles que personne n’a, et que libre à tout un chacun de la faire circuler, on ne montre pas son petit oiseau, mais on laisse l’oiseau bleu faire son opération (je sais que certains comprendront le sens pervers de cette phrase, mais ils seront très très rares …) Bien peu excitantes les préoccupations des gens normaux … n’est-ce pas ?

Dans tout ce remue ménage, il existe certains qui n’aiment pas tout ce brou-ha-ha, et qui préfèrent tout tranquillement, siroter un peu de boisson geekielle sur la pied du mont Hack. C’est bien chez IRC ou son voisin Jabber que ces inconditionnels du clavier passent leur temps, en maudissant de bon cœur tous ces gens « normaux ». Faut dire que les geeks (amateurs de geekeries et de boissons geekielles) se voient comme étant plus conscients que le reste du village, ils savent ce que les autres ne savent pas, et une bonne partie d’entre-eux a pitié de l’ignorance des autres, alors, et sous le respect d’un code, et portant un gilder comme drapeau, ils viennent à sauver (ou pas) le peuple des méchants loups.

Les méchants loups, sont ici et là, bien dissimulés, ce sont bien eux qui ont battit le village, à l’époque où la guerre se menait avec froideur, ils n’hésitent pas à surveiller, et à prendre quelqu’un en sandwich les jours des petites faims, d’ailleurs parler d’eux leur donne généralement faim, ils détestent les geeks, car les geeks sont réellement plus intelligents que les autres, et son les vrais maitres d’œuvre du village, alors une guerre froide existerait entre loups et geeks, comme celle des vampires et des loups-garou … Les geeks se nourissant des ressources des gens normaux pour vivre, et ont l’expérience et le savoir, et les loups ont la force et le pouvoir.

Mais force est de constater, que tous ces gens là ne sont pas algériens, ils ne sont pas américains, ni marocains ou russes, mais ils viennent de partout au même temps. Un vrai pied d’égalité (mis à part les classes de « gens normaux », « geeks » et « loups »). Un melting pot extrême qui fit disparaitre définitivement ce rêve de grandeur de l’étranger que j’avais petit; je rêvais de discuter avec une anglaise, je me retrouve à discuter avec des anglais, mes yeux brillaient pour l’Asie, et aujourd’hui je vois de l’Asie tous les jours… Ah ce monde si mystérieux, seuls à la frontière du village, en allant vers l’immense continent de l’IRL, que les mystères et les rêveries pourraient encore exister, mais quelque soit l’origine de chacun, désormais on est tous voisins, à parler ensemble, de jour comme de nuit, de rêves encore plus grands que les simples frontières, invisibles fussent-elles, qui font mine de nous séparer, avec des yeux aussi brillants que ceux de nous, enfants, parlant de Suisse et de Japon.

J’aimerai bien parler aussi des collines du village, le col flicker, et celui de picasa, où de somptueux paysages viennent caresser notre vision nous rappelant que bien souvent, des rêves naissent de la réalité, et que sous le battement de l’aile colorée d’un papillon au Brésil on pourrait bien se retouver dans un jardin grignotant des cacaouette avec l’une des filles la plus moche, et les plus sympas, qu’on au eu croisé.

Parler des entrailles des montagnes, où les geeks se concertent, se guerroient, se surpassent, et donnent naissance à ce qui agrandira encore plus le village, sur un versant du mont on trouve le pic Linux, et d’un autre le pic NT, et au milieu, le pix Unix, une guerre épique, se tient entre-eux, du coeur le plus vaillant, ils créent, ils font, ils vivent, et font vivre …

Mais aussi des forgerons, qui forgent pleins d’outils logistiques pour faciliter la vie des gens, un petit outil pour l’homme, une avancé de géant pour le village, point de fonction sans son outil. Les forgerons, faudrait dire aussi qu’il en existe 3 types, dont 2 très important, il y a ceux qui donne au village des outils sans permettre à quiconque d’en apprendre le métier, et imposant des conditions d’utilisation, et ceux qui invitent tout le monde à apprendre et vous prie d’utiliser les outils comme bon vous semble, le 3ème type, ce sont les forgerons qui vous invite à apprendre sous condition, et qui vous prie d’utiliser leur outils … sous condition également.

Nous avons aussi l’école, très générale, elle enseigne tout le monde, quelque soit son niveau, elle n’est pas sans rappeler les écoles de l’époque coloniale en Algérie, où les petits nouveaux apprennent en cheoeur avec les grand anciens, le temps que ces grand apprennent mieux et partent apprendre ailleurs. L’école s’appelle Wikipedia, enseigne les masses, dans toutes les matières, les enseignants n’amassent pas fortune, mais font leur travail de bon coeur.

Certains tiennent aussi des gazettes, pour parler de tout et de rien, mais bien plus souvent de rien, et certains le font si bien, qu’on aime lire ce qu’ils disent, sur WordPress ou Blogger, chacun est libre de publier son journal, de partager ses idées, son intimité, ses nouvelles, au grand bonheur de tout le monde.

Et tout assoifé de savoir se rend aussi sur les forums, poser une question que d’autres ont posé avant lui, on lui demande alors gentillement d’y aller se renseigner. Et quand le villageois se voient assoifés de guerres, de conquettes, de raides, un peu plus haut se trouve la terre des Games, occupé principalement par les terres de World Of Warcraft, c’est drole, mais là on y voit ces gens qui se présentaient souvent sous des traits rayonnant, se transformer, dès qu’il franchissent ces terres, en Gnomes, Elfs, et autres Orks, ils se font des batailles sans mercie, pour gagner de quoi s’habiller … Etranges ces gens normaux …

Vous vous demandez peut-être qu’elle est ma place dans tout ça ? Ba je suis un gars peu normal, qui ne fréquente que trop les geeks, qui se fait forger ses outils chez ceux qui m’apprennent à en faire, et à les utiliser librement, je traine ici et là, sur des cols et des cafés aussi bien connus que très peu connus, un petit verre de gif sur Diaspora, un rinçage de l’oeil chez bonjourmadame, un coup d’oeil sur les nouvelles du libre, je mets les mains à la pattes sur le domaine du Launchpad, et un peu de bavargade avec Smile-chan, et tout le reste n’est que sourir.

Enfin bon, je pourrai bien passer des heures à vous parler du village, et j’en écrirais tout un livre. Mais, aujourd’hui je m’en arrête là, je continuerai bien un jour … mais d’ici là, je village changera bien, n’est-ce pas ? En attendants, la foire du trollface se tient au village, un vent de rigolade et des masques satyriques viennent réchauffer les coeurs en cette période d’hiver 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s