Tizi Ouzou : Quand les politiques progressent, les citoyens régressent.

Tizi Ouzou est certes ma ville natale, cette ville si particulière qui a été un fort precusseur pour le progrès civique, politique et culturel depuis l’indépendance, elle a été la première à appeler à la démocratie et à la reconnaissance de la diversité culturelle du pays, mais c’est aussi cette ville qui a tant souffert d’un dénie politique sévère du fait qu’elle a toujours été un berceau de rébelion actif. 80, 2001, les épisodes se suivent et se ressemblent, pour appeler tant bien que mal à une fraternité, et à une amélioration du pouvoir politique et de la justice. Certains ont même fait appel à une autonomie, mais ceci est une autre histoire, on en parlera peut-être une autre fois.

En l’absence de toute réelle aide publique, Tizi Ouzou s’est construite, s’est étendue, et a grandi dans un climat où ce sont ses enfants (issuent de toutes ses régions) qui l’ont batis. Force de reconnaitre que bien que quasiment tous les services y soient disponibles, un manque d’urbanisation est à déplorer, Les infrastructures publiques sont à la traine, mais les gens vivent pleinement.

Tizi Ouzou, c’est aussi les contrastes, c’est là où la modernité peigne le mode de vie, assez européenisé pour certains, en voyant ces jeunes garçons et filles, monsieurs et dames, qui s’habillent en mode de saison, et où les shorts des garçons contoient les courtes jupes des filles, mais aussi la région où des traditionalistes veillent, et où les femmes portent encore la robe traditionnelles du haut de leurs couleurs et de leur beautés dans leur vie quotidienne. On y est aussi libre d’être musulman ou chrétien, et de pratiquer sa religion (parrait que ce n’est pas si évident dans les autres régions du pays, personnellement, quand je demande à des gens s’il existe des églises ou des chrétiens dans leur Wilaya, ils répondent par un « Je ne sais pas ».)

Tout cela pour vous expliquer un peu le tempérament social tiziouzien, très contrasté, très riche, et très réactif, une fierté pour moi !

Et voilà, il y a quelques semaines, les autorités décident de se bouger le popotin, un chef de sécurité très bosseur (et ce n’est pas de l’ironie), décide de nettoyer Tizi. Il obtient son feu vert, et hop, plus de trabindou, rues propres et dégagées, il s’aventure même à arrêter les vrais méchants de Tizi. En une semaine, Tizi est propre, la police qui était jusque là la plus passive au monde devient utile, j’ai même vu des policiers pousser la voiture d’un gars parce qu’elle est tombée en panne (ça peut vous paraitre banal, mais à Tizi Ouzou, c’est de l’inédit). Bref, un projet d’extension sérieux est discuté, et on décide de faire comme toute bonne ville qui se respecte : on met la garre à la périphérie de la ville. Bien sûr, pas de manière hasardeuse, ils décident de mettre la garre routière jumellée à la nouvelle garre féroviaire, en assurant le transport depuis cette garre jusqu’en ville par le biais du transport urbain. Et là ce n’est pas les citoyens qui réagissent, ce ne sont pas les commerce riverais de l’ancienne garre qui protestent mais … les transporteurs eux-même.

Tous les transporteurs de Tizi se sont mis en grève ! Pas de bus depuis plus d’un mois, raison ? Ils ne veulent pas changer de garre, et certains n’aiment pas l’inscription SNTF (Société Nationale du Transport Ferroviaire) dans cette garre. Ils sont cons me dirrez-vous ? Ma subjectivité vous dira oui, et mon objectivité cherches des raisons plus valables, mais n’en trouve point ! Résultat ? Tizi Ouzou est le paradis des taxieurs clandestins.

Le souci le plus grand, est la ville d’Alger, la capitale, où un nombre énorme de tiziouzien travaille, et même vis, y a une énorme relation entre Alger et Tizi Ouzou, et les voyageurs qui vont et viennent chaque jour est réellement conséquent, certains se retrouvent piégés, et se voient vite condamnés à rejoindre l’autre ville par le biais d’un clandestin, et je ne crois pas que c’est utile de souligner l’avidité rapace de ces gens là.

Si Tizi Ouzou prend des formes et devient belle, les transporteurs viennent lui nuire, sans scrupule, laissant des vampires assurer leur tâches pour des raisons qui demeurent obscures. Ça m’attriste. Vivement qu’ils se rendent compte de leur bêtise !

Publicités

6 réflexions sur “Tizi Ouzou : Quand les politiques progressent, les citoyens régressent.

  1. Je connais pas cette ville, j’aimerai la visiter un jour, en tout cas, je souhaite que ce problème sois réglé au plus vite.

    PS: C’est désolant mais si le pays va si mal, c’est que les citoyens y sont pour beaucoup.

  2. juste une question : est ce qu’un kabyle as sa place dans son propre pays ?si on trouve une réponse a cette question on trouveras une autre pour le problème de transport .

  3. Pingback: Le peuple cherche t-il le changement ? « Algeria Justitia جزائر العدالة

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s