Algérie … mon (beau) pays …

Depuis quelques semaines, un vent de révoltes et de soulèvements politiques populaires soufflent sur les gouvernements enracinés depuis des lustres. J’avoue, comme le plus grand nombre des habitants de la planète Terre, j’aime voir ça ! j’aime voir ces peuples qui se libèrent, qui disent d’une seule et vive voix « On ne veut plus de vous », qui changent leur pays, qui le rendent tel qu’il aurait toujours du être, libre, juste et droit.

Tunisie, Egypte, Yémen, tous les analystes politiques voyaient l’Algérie sur la liste des pays qui allaient suivre, le RCD commence par une marche lourdement réprimée, 30.000 policiers, une coordinations de plusieurs partis politiques, associations et organisations suivirent une semaine après, même dispositif, on aurait dit que l’état avait réellement peur de ça, il a même commencé avec une grosse erreur, celle de mobiliser un dispositif aussi exagéré, et il se retrouve face à des une coordination qui n’a rien de coordonné, et qui manque d’intelligence politique.

Mais sur le fond, à quoi tout cela aurait servi ? Tout le monde sait qu’en Algérie, le vrai problème ne réside pas dans le gouvernement lui même, c’est devenu même banal de le dire, tout le monde sait qu’en ce pays, c’est l’armée qui commande, et que c’est cette gouvernance de l’ombre que tout le monde voit clair qu’il faudrait changer, le reste suivra tout seul.

Or jamais en Algérie y aurait du changement, et si ce changement vient, ça ne sera pas pour tout de suite. Je ne sais par quel biais magique, ou quelle intelligence politique, une grande division règne au sein du peuple lui-même. Une auto-ségrégation se manifeste, et c’est loin d’être réjouissant, une haine culturelle entre les algériens eux-même a fait un long chemin, et c’est cette haine qui empêche les algériens de s’unir pour de vrai.

De quelle ségrégation s’agit-il ? Si vous êtes algérien, vous le savez sûrement, c’est cette haine entre berbères et arabes, c’est ce mépris entre citadin et montagnard ou bédouin, c’est fou de voir ça à longueur de journée, et c’est surtout triste, un diviser pour mieux règner des plus réussi.

Et d’un autre coté, le gouvernement a réussi à donner au peuple certaines « libertés » que les autres révoltés n’avaient pas, si en Tunisie on ne pouvait critiquer ouvertement le gouvernement et on ne pouvait naviguer librement sur Internet, en Algérie par contre, la presse se donne à vive joie le plaisir de critiquer le gouvernement, sans réussir pour autant à le faire trembler, et Internet n’a jamais été aussi libre, vu que les seuls sites inaccessibles pour les algériens sont ceux qui censurent les visiteurs algériens.

Le peuple a réussi dirons-nous, avec une touche de débrouille, et un pseudo-laxisme du gouvernement, à vivre. Certes, les algériens ne vivent pas tous tel des Zarhouni, mais ils vivent, ils se débrouillent, ils font leur petits commerces, ils montent leur petites affaires, et tentent, tant bien que mal, de vivre de la manière la plus décente et agréable qui soit. Les algériens ne sont pas encore arrivé à la maturité pour comprendre que la clochardise, le chômage et les crises de logements ne sont pas des fléaux 100% algériens, mais que ça existe même dans les pays les plus riches. Et je ne sais pas si un jour ils atteindront la maturité en respensabilisant d’autres algériens, comme eux, d’être la cause de tous ces problèmes.

C’est puéril, enfentin, irresponsable et immature de s’adonner aussi facilement à la phobie de son propre frère sur pretexte qu’il parle une autre langue que lui. Et jamais nous n’arriverons à dépacer ce cap. Nous n’avons qu’à voir l’exemple du CNCD, une coordination nationale pour le changement démocratique en Algérie, personne n’a confiance en l’autre, alors chaqu’un défond ses propres intérêts et piétinne l’autre, et on arrive à une discorde totale.

Je sais qu’en Algérie, tout le monde n’est pas satisfait, mais un grand nombre de gens s’y retrouvent, et un discours négativiste fait son chemin dans la même optique que le séparatisme des différentes cultures algériennes, décourageant les jeunes d’essayer, et libérant le champs à de vieux pouvoiristes militaristes cupides, leur procurant ainsi plus de pouvoir, c’est une stratégie qui marche tellement bien.

Or on sait que le pays peut aller encore mieux, on sait qu’il y a suffisement de moyens pour aider la population, on sait que l’Algérie a un nombre suffisant d’analystes, d’intellectuels, de scientifiques, de socilogues, d’économistes, et autres intelligences humaine pour penser, appliquer, et réussir une politique socio-économique des plus exemplaires, les algériens le savent, et les algériens savent qu’il n’y a que le monopole économique de certains militaires qui empêche la réalisation de cette Algérie glorieuse, du coup … les algériens s’accusent mutuellement, ce qui n’a pas de sens.

L’union fait la force, mais les algériens ne sont que les oignons de la farce, des gens trop brisés par une décénie sanglante, et une propagande séparatiste secrète les affaiblies davantage, or on connait leur puissance uni, on sait qu’ils peuvent offrir de belles choses par union, on les a vu se serrer les coudes et chanter en coeur pour encourager les leurs en football, on sait qu’ensemble ils savent être cette masse puissante appelée «Les algériens», mais ils se taisent, ils ne disent rien, et accèptent …

Je ne suis peut-être qu’un crédule algérien qui croit dur comme fer en une Algérie unie, et pas que dans les mots, et je rêve de la voir uni pour un destin glorieux commun et non pas pour un ballon … mais qui sait, je ne fais peut-être que rêver … Mais j’y crois, peut importe si vous me trouvez naïf ! malgrétou bladi nebghik !

Publicités

2 réflexions sur “Algérie … mon (beau) pays …

  1. J’aime beaucoup…
    Pour parler de la discrimination entre « arabes » et « berbères » les divergences entre ces deux parties ne datent pas d’aujourd’hui à l’époque de la guerre d’indépendance, ou pour être plus exacte, la période de préparation à la guerre d’indépendance, les arabes et les berbères criaient leur envie d’indépendance chacun à sa manière, chacun essayant de tirer la couverture de son coté, quand en revient aux événements d’avant 54 on en apprends beaucoup des coulisses, en somme il y’avait une majorité qui ne s’accordait pas sur leur vision des choses, et surtout sur leur vision de l’Algérie, mais heureusement qu’il y’avait une minorité de gens  » murs » et neutres, dotés de logique et de raison à leur tête Mohamed Boudiaf Allah irahmou, ils étaient 5 hommes au départ au départ, qui l’eut crut?! 5 intellectuels, je ne sais pas quel pourcentage cela représente par rapport à la population de l’époque mais bon passons! Tout ça pour dire que l’histoire se répète- du moins je l’espère- car je sais que nous avons eu l’une des plus belles guerres d’indépendances! Et j’en suis fière, je continue à espérer que cette minorité  » minoritaire » finira par se former, et réussira à tous nous unir pour une noble cause….
    Mais pour parler d’où va-t-on? J’espère que nous serons plus intelligents dans notre révolution ; car manifester et de demander à ce que le pouvoir s’en aille est une chose, mais réussir à organiser les choses après en est une autre et je pense que cette partie là est la plus dure, elle demande à etre réfléchie et demande beaucoup de patience

  2. hummmm! le rêve de certains était de construire… mais pour d’autres c’est plutôt raser ce que les ancêtres ont obtenu au sacrifice de vie de de sang et beaucoup de souffrances! Que dieu nous protège de vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s