Un rêve étrange …

Le but du site n’est pas que de parler de libre, mais d’un peu de tout, et là j’aimerais vous faire partager l’un de mes textes … dans l’espoir d’avoir de la bonne critique constructive 🙂

Comment raconter cette histoire, tant on sait tous que ce n’est pas évident de se rappeler de tous les détails d’un rêve !

Je me rappel qu’on était assis, un peu comme à la périphérie d’une ville, où les collines vertes d’herbes dominaient le paysage, et où quelques petites maisons parsemés par ci par là venaient rajouter un touche de magie intemporelle à ce paysage si beau et mélancolique.

Nous n’étions pas seuls, il y avait des gens assis là aussi, des gens qu’on ne connaissait pas, mais qu’on croyait presque connaître, car venant partager ce même moment d’insouciance dans cet endroit d’oubli …

Je me suis légèrement allongé, j’ai posé ma tête sur sa jambe, en lui demandant si ça ne la gênait pas, elle ne répondait pas, perdue dans sa pensée, son regard voyageait loin dans le paysage, elle était en short comme elle aimait tant, un short gris laissant apparaître de très jolies jambes, en me retournant, ma joue caressa sa jambe … c’était la chose la plus douce que ma peau n’ait jamais pu toucher, je lui ai dit que sa peau était très douce, je l’ai regardait, et j’ai vu une grande tristesse se dessiner sur son visage.

Et là je me suis rappeler, en prison j’avais connu quelqu’un, qui du premier jour où il était venu nous étions amis, nous partagions les mêmes visions, les mêmes façons de voir les choses, j’arrivai à lire en lui, j’arrivai à voir ce qu’il voyait, et sans un mot comprendre ce qu’il voulait.

Un jour en pleine émeute dans la prison, je l’ai vu se rapprocher comme pleurant d’une vitre, on voyait l’émeute de l’autre coté aussi, mais tout près de la vitre y avait un lit avec une couverture bleue, et de dessous la couverture sortit une tête, la tête de la fille avec qui j’étais, elle était furieuse, elle lui dit quelque chose mais on ne pouvait entendre, et elle disparue, une illusion, lui s’effondrant de larme frappa la vitre si fort pour la casser, mais il ne put, elle était incassable, et moi j’étais tout azimut … Il la connait ? J’arrive même à voir ses illusions ?

Puis je me suis demandé … connaissons-nous tous les deux la même fille sans qu’on nous ne nous connaissions ? Sommes nous tous les deux amoureux de la même fille sans que nous ne le sachions ? Puis, je me rendis compte soudain que je n’avais pas réellement de souvenir de comment j’ai connu cette si jolie fille dont j’avais l’impression de la connaître depuis toujours, et si j’avais cet étrange pouvoir de voir les illusion de cet ami … je me suis demandé si ce pouvoir n’était pas plus fort, au point où il m’a fait partager les souvenirs de cet ami et m’a fait plongé dans une illusion de laquelle je n’arrivais pas à faire la différence entre le vrai et le faux …

Et si tous ce que je savais d’elle n’était que ce que lui savait d’elle, et si l’amour que j’avais pour elle n’était en réalité que cet amour qu’il avait pour elle, et si mes souvenirs d’elle ne sont que ses souvenir d’elle … alors … quels sont mes propres souvenirs ?

Toutes ces question me donnant atrocement mal à la tête, la colère fusait en moi, je ne me rappel plus comment mais je sais que cet ami est mort durant l’émeute, puis que j’ai tuer plein de gens pour fuir de cette prison juste dans l’espoir de la retrouver, car je le sais, c’est elle que j’aime et pas une autre, peut importe mes doutes et mes question, mais j’ai été abominable, car j’ai décapité et couper en morceau des visages, juste car ils se mettaient sur ma route.

Et me voilà presque insouciant et sans remord, ma tête sur les genoux de la plus belle et la plus douce, sur les genoux de celle que j’aime, devant un paysage si beau, si triste, et elle si belle, si triste, j’étais là, heureux d’être avec elle, mais si triste qu’elle ne soit pas mienne, car je savais qu’elle pensait à lui, que même mort elle espérer son retour, et j’étais impuissant car je ne pouvais lui chasser ses pensées, moi qui arracher des visages sans peine, je ne pouvais arracher le visage de cet étrange ami de la vision de celle que j’aime …

Une autre question me trottait … si elle ce n’est que le fruit des souvenirs de cet ami, si je la connaissait grâce à ses souvenirs, alors comment avais-je pu l’approcher et qu’elle m’accepte comme si on s’était toujours connu ? Voudrait-il dire qu’on se connaissait depuis tant d’années pour de vrai ? Ma vision est trouble, mes souvenirs sont troubles, je ne suis sûr que d’une seule chose, je l’aime, mais je ne pouvais lui faire partager, et je ne pouvais l’avoir … ça me fait sentir si impuissant … alors je ne disais rien, je restait là, à la contempler, à regarder son mentant, à voir se dessiner la tristesse sur son beau visage.

Voilà mon étrange rêve, nombreux détails se sont arrachés de mes méninges, mais je ne sais pour quelle raison, j’avais comme besoin de me rappeler de ce rêve, c’est ce qui m’a pousser à l’écrire, d’autant plus que la fille de mon rêve n’est tout simplement que la fille de mon plèvre …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s